Bienvenue sur le blog TechSmith

Des conseils, tendances et stratégies pour vous aider à partager vos connaissances par des visuels et des vidéos

Comment utiliser votre voix pour susciter l’intérêt du public

Découvrez comment rendre vos présentations mémorables grâce à cinq conseils fondamentaux sur la voix.

Comment utiliser sa voix pour captiver le public

Capter l’attention d’un auditoire devant lequel vous vous tenez en personne pour donner une présentation est une chose. Votre langage corporel constitue alors un outil pratique, tandis que tout le monde est suspendu à vos lèvres. Mais comment captiver un public quand vous ne vous trouvez pas dans la même pièce ? Lorsque vos auditeurs suivent votre présentation à distance (qu’il s’agisse d’un webinaire, d’un tutoriel vidéo ou d’une formation en ligne), ils sont sujets à de nombreuses distractions : autres tâches à accomplir, consultation d’e-mails, d’Instagram ou encore préparation du repas de midi.

Nous vous disons tout : dites « Aaaah ! ».

Représentation visuelle claire et colorée d’une voix qui dit « Aaah ».

Votre voix est un connecteur qui a la capacité d’attirer l’attention d’une personne et de l’amener à se concentrer. Pensez au célèbre discours de Martin Luther King (ou à tout autre grand discours). La plupart des gens l’ont uniquement entendu, sans y assister, et pourtant, ce discours a encore le pouvoir de marquer les esprits, et donc d’entraîner le changement visé. Outre ce qui est dit, la façon de le dire a encore plus d’importance. Adaptez votre intonation, les points d’accentuation ou le débit… et le discours aurait certainement débouché sur des résultats différents.

Ces techniques ne nous viennent peut-être pas aussi naturellement qu’à ces grands orateurs, mais elles se travaillent et se perfectionnent.

Voici quelques principes de base pour vous aider à susciter l’intérêt de votre public uniquement à l’aide de votre voix et rendre ainsi vos présentations mémorables !

1. Calmez-vous pour empêcher votre voix de trembler

Une voix hésitante est le meilleur moyen de perdre l’attention du public. Les gens ont alors du mal à comprendre ce que vous dites, que ce soit en personne ou dans le cadre d’une présentation vidéo enregistrée. Plus important encore, il s’en dégage une certaine nervosité, qui peut être perçue comme un manque de maîtrise du contenu de votre présentation. Si vos auditeurs ont l’impression que vous ne croyez pas en votre discours, vous pouvez être sûr qu’ils perdront le fil et détourneront leur attention.

Bonnes pratiques : la solution est simple ; il vous suffit de respirer. Vous avez peut-être déjà entendu les juges dire, lors de concours de chant à la télévision : « Votre voix doit sortir de votre diaphragme ! » Regardez-vous dans le miroir et prenez une grande inspiration. Vos épaules se soulèvent ? Vous respirez par la poitrine. Or l’air doit venir de plus bas. Lorsque vous inspirez, ce n’est pas votre corps qui doit s’étirer vers le haut, mais bien votre cage thoracique qui doit s’élargir vers l’extérieur. Votre diaphragme est un muscle qui a besoin d’entraînement. Assurez vous donc de pratiquer cette technique respiratoire au quotidien, jusqu’à ce qu’elle devienne une habitude.

#Astuce : une nouvelle habitude s’acquiert plus facilement quand elle est rattachée à une ancienne. Chaque matin, après vous être brossé les dents, prenez 10 respirations profondes avec votre diaphragme. Faites-le également au moment de commencer une présentation, en comptant chaque respiration !

Personne qui s’apprête à donner une présentation, tentant de se calmer en prenant de grandes respirations.

2. Pratiquez les virelangues pour une meilleure élocution

La moitié du travail consiste à savoir quels mots vous allez prononcer, l’autre moitié à les articuler clairement. Vos auditeurs doivent en percevoir chaque syllabe, qu’ils se trouvent dans le fond de la classe ou devant un écran numérique. Tout le monde doit comprendre ce que vous dites, sans en perdre une miette. Articuler constitue le fondement de toute présentation. Les participants doivent en effet pouvoir vous suivre. Il n’est pas question qu’ils entendent ou comprennent mal la moindre information de votre récit, et encore moins qu’ils la loupent complètement.

Bonnes pratiques : exercez-vous avec des virelangues. Pratiquez-les chaque fois que vous le pouvez. Faites-le à la vitesse que vous voulez, mais assurez-vous de prononcer clairement chaque mot.

  • Je suis ce que je suis, et si je suis ce que je suis, qu’est-ce que je suis?
  • Cinq chiens chassent six chats.
  • Cinq gros rats grillent dans la grosse graisse grasse.

L’objectif ici est de pouvoir soumettre votre langue à un maximum de variations, à grande vitesse. Lorsque vous donnerez une présentation (à un rythme moins soutenu), vous serez ainsi plus que capable d’articuler chaque mot !

Homme qui exerce les variations de sa langue pour améliorer son élocution lors de sa présentation.

#Astuce : ne vous simplifiez pas trop la vie. Vous maîtrisez un virelangue donné ? Persévérez et trouvez-en un nouveau à pratiquer. Voici quelques virelangues supplémentaires pour vous aider à poursuivre sur votre lancée.

3. Ralentissez pour permettre à votre public d’imprimer chaque mot

Si vous parlez trop vite, sans donner aux auditeurs l’occasion de réfléchir à ce que vous venez de dire, vous risquez de les perdre assez rapidement.Le rythme compte. Vous visez à attirer l’attention du public, à ce qu’il s’accroche à chacun de vos mots, et à ce qu’il soit dans l’attente, de ce que vous allez dire ensuite.

Bonnes pratiques : intercalez des points dans votre discours. Faites une pause à la fin de chaque phrase. Prenez une seconde pour réfléchir à ce que vous allez dire ensuite. Mettez également en évidence les moments clés de votre présentation lorsque vous souhaitez vraiment que vos auditeurs intègrent le sujet, et marquez un temps d’arrêt un peu plus long à la fin de cet énoncé. Vous augmenterez les chances que les participants se souviennent de vos principaux arguments, car vous leur avez laissé le temps d’y réfléchir consciemment.       

Femme qui parle en français en ralentissant le débit pour s’exprimer clairement.

#Astuce : faites le calcul. Le débit adéquat pour les présentations orales se situe entre 120 et 150 mots par minute. Couchez votre exposé sur papier et évaluez le temps qu’il devrait durer. Vous obtenez ainsi une idée globale de la durée de votre présentation.

4. Agissez naturellement lorsque vous donnez une présentation

Nous mémorisons généralement des informations au travers de conversations. Nous y sommes habitués, ce qui explique pourquoi il est plus difficile de rester concentré lorsqu’une personne lit (pensez à ce professeur ennuyeux que vous aviez à l’université – vous savez, celui qui donnait ce cours où vous récupériez généralement vos heures de sommeil manquantes…). La conversation est un échange normal pour nous. Elle comprend les intonations et points d’emphase adéquats, car il s’agit d’un langage naturel et sans filtre. Nous n’avons aucun mal ni à écouter ni à nous rappeler des informations de cette manière. Mais quand il est question d’une présentation enregistrée, se sentir en osmose avec l’audience n’est pas aussi évident.

Bonnes pratiques : souvenez-vous que vous parlez à une autre personne ; quelqu’un comme vous. Imaginez que vous présentez votre sujet à une seule personne, et non à une foule de participants. La façon de s’adresser à un interlocuteur est différente de la façon de s’adresser à un groupe : elle est plus personnelle et naturelle. Figurez-vous que quelqu’un est assis sur une chaise en face de vous et que vous lui montrez votre exposé.

Un homme et une femme engagés dans une conversation, ayant l’air satisfaits et intéressés.

#Astuce : vous prévoyez d’enregistrer votre présentation ? Demandez à un ami ou à un proche de prendre place face à vous pendant l’exercice. Vous aurez ainsi l’impression de discuter directement avec quelqu’un.

5. Enregistrez-vous et écoutez-vous

Si cet exercice est, pour beaucoup, une source d’inconfort, il s’agit néanmoins de la seule façon de savoir ce qui va et ce qui ne va pas. L’autoréflexion, dans ce cas, vous permet de vous mettre à la place du public. Comment sonne votre voix ? Votre idée est-elle clairement véhiculée ? Vous êtes sans doute votre plus grand critique : plutôt que de laisser cet exercice vous abattre, tournez-le à votre avantage et tirez-en des leçons.

Bonnes pratiques : enregistrez-vous et évaluez votre prestation. Vous serez ainsi en mesure de vous entendre et de vous voir comme si vous faisiez partie du public. Audacity est un outil performant pour les enregistrements audio de base. Être capable de vous réécouter ne constitue toutefois qu’une infime avancée pour devenir un meilleur orateur. Pour améliorer vos compétences de présentation, Camtasia est le logiciel tout-en-un qu’il vous faut. Camtasia vous permet d’enregistrer votre voix, votre écran d’ordinateur, et même votre propre webcam. Utilisez cet outil pratique pour réaliser une simulation de votre présentation et ainsi voir et entendre le message que vous transmettez. Semblez-vous en confiance ? Ce que vous dites a-t-il du sens ? Vous pouvez également ajouter des annotations dans des champs spécifiques, de sorte à être alerté par des déclencheurs et des rappels lorsque vous effectuez votre enregistrement final. Si vous aimez ce que vous voyez et entendez, sauvegardez votre présentation et partagez-la autour de vous.

Femme qui écoute un enregistrement de sa propre voix.

Visual: Visage avec casque d’écoute relié à un micro près de la bouche de la personne (elle est donc en train d’écouter sa propre voix).

Vous connaissez à présent les techniques élémentaires à pratiquer régulièrement afin de transformer votre voix en une arme secrète pour la présentation. Sélectionnez-en quelques-unes et pratiquez les quotidiennement pour faire mouche auprès du public en un rien de temps. Combinez vos entraînements avec le logiciel professionnel d’enregistrement d’écran et de montage vidéo Camtasia. Vous disposerez alors d’une bonne base pour repousser les limites de vos présentations enregistrées et aurez la garantie que vos interventions restent ancrées dans les mémoires bien au-delà de leur date de présentation.

#Astuce : tout le monde ou presque déteste le son de sa voix. Il vous faudra néanmoins l’accepter et aller de l’avant. Vous cherchez des conseils supplémentaires ? Lisez notre article de blog « Comment maîtriser l’art de l’enregistrement voix off ? ».

S’abonner à la newsletter TechSmith

Recevez chaque mois par e-mail des conseils d’experts faciles à mettre en pratique, comme plus de 200 000 personnes à travers le monde.

S’abonner